La Gambie a-t-elle signé un accord d’éloignement avec l’Allemagne ?

Le président fédéral Frank-Walter Steinmeier avec le président gambien Adama Barrow ©dpa

Les informations fournies par les médias selon lesquelles le président allemand Frank-Walter Steinmeier aurait signé avec le président gambien Adama Barrow un accord prévoyant le retour de 1 500 ressortissants gambiens dans leur pays sont fausses. Le ministère allemand des Affaires étrangères et la Présidence de Gambie ont tous deux confirmé qu’il n’existait pas de tel accord. Le ministre gambien de l’Information, Demba Jawo, a lui aussi précisé que la Gambie n’avait pas signé d’accord acceptant des rapatriés gambiens.

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier a été le premier chef d’État européen à effectuer un déplacement en Gambie après les élections. Lors de sa visite les 13 et 14 décembre, M. Steinmeier a déclaré que l’Allemagne saluait le changement démocratique en Gambie et manifesté le soutien politique apporté par son pays à la stabilisation dans le pays. Le président n’a pas signé d’accord de rapatriement ou d’éloignement avec Adama Barrow.

Les informations diffusées par de nombreuses plateformes de médias sociaux sur la signature d’un tel accord sont fausses. Les deux présidents ont parlé de reconstruction économique et de réconciliation politique.

Le président Frank-Walter Steinmeier pendant sa visite à la Amadou Bansang Jobarteh School of Music de Banjul ©dpa

Pas de rapatriements en masse

Le dossier des réfugiés et des migrations était également au menu de la rencontre. Lors de sa visite au Gambia Technical Training Institute (GTTI), l’un des plus grands centres d’éducation du pays, le président allemand a rencontré des réfugiés rentrés depuis peu dans leur pays. Les rapatriés ont raconté à leurs auditeurs les grands dangers rencontrés au cours de leur trajet vers l’Europe et ils ont exprimé l’espoir de recevoir une meilleure éducation et formation professionnelle dans leur pays d’origine. Le président Barrow a parlé de ses propres expériences en Europe et encouragé les jeunes à rester en Gambie et à s’impliquer dans le processus de reconstruction de leur pays.

Des rapatriements en masse d’Allemagne en Gambie n’ont fait l’objet ni de discussions ni d’un accord. En 2017, l’Allemagne a renvoyé en Gambie quelques demandeurs d’asile refusés, tous venant du Bade-Wurtemberg. C’est également là qu’ont éclaté les toutes premières manifestations en Allemagne contre le supposé accord de rapatriement. Cependant, vu les faits, c’était un grave malentendu. Aucun accord général d’éloignement n’a été signé entre les deux pays. La Gambie bénéficie des mêmes dispositions que les autres pays d’origine des migrants et des réfugiés en Allemagne. L’Allemagne accorde aux migrants qui ont fait l’objet ou risquent de faire l’objet de persécutions ou d’atteintes graves une protection et par conséquent le droit de rester en Allemagne, alors que les demandeurs d’asile refusés n’ont pas d’autre possibilité que de rentrer dans leur pays d’origine.