Faits sur le retour volontaire et forcé

Retour à la maison @dpa

Si vous venez en Allemagne et que vous n’avez pas droit à une protection, et donc pas de droit de séjour, il vous faudra quitter le pays immédiatement. Au cas où les autorités devraient vous renvoyer de force, il vous sera aussi interdit de vous rendre dans l’espace Schengen pendant une longue période. Vous devrez aussi payer vous-même les frais de votre retour forcé.

Dans un tel cas, la meilleure option est le retour volontaire. Depuis 2015, plus de 1,1 million de personnes sont venues en Allemagne pour échapper à la violence, aux persécutions politiques ou à la détresse économique. De nombreux migrants décident de retourner volontairement dans leur pays d’origine. Quelque 54 000 personnes sont rentrées chez elles rien qu’en 2016. Différents programmes de retour volontaire ont été mis en place pour vous aider financièrement à retourner dans votre pays d’origine. Si vous envisagez de rentrer dans votre pays – ou si vous connaissez en Allemagne quelqu’un qui a peu de chances d’obtenir l’asile – informez-vous sur le processus de retour volontaire et sur toutes les aides disponibles. Vous trouverez de premières informations ici et davantage encore sur www.ReturningfromGermany.de.

Sachez en tout cas que si vous souhaitez rentrer chez vous, votre pays d’origine ne peut vous le refuser : le droit public international fait obligation aux États de réadmettre leurs propres ressortissants. C’est aux autorités d’immigration au niveau des Länder (États fédérés allemands) qu’il incombe d’assurer le retour des personnes qui n’ont pas de droit de séjour en Allemagne. Le Ministère fédéral de l’Intérieur, en étroite concertation avec le Ministère fédéral des Affaires étrangères, négocie les accords et protocoles de réadmission avec les pays d’origine pour renforcer la coopération au niveau opérationnel.