Tout ce que les migrants et les rapatriés doivent savoir

Comment trouver un premier travail ou entamer une formation en Allemagne ? Quel type de main d’œuvre qualifiée est recherché dans mon pays d’origine ? Comment suivre une formation continue ?

Dans huit pays, des centres d’information spécialisés, gérés par la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) pour le compte du ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ), répondent à toutes ces questions. Ils conseillent les personnes intéressées par la migration, celles qui rentrent dans leur pays ou encore les personnes à la recherche de perspectives professionnelles.

Bien conseillé, Aymen Sassi s’est reconverti et travaille aujourd’hui dans une agence événementielle en Tunisie. ©GIZ

En mars 2017, Aymen Sassi était sur le point de partir pour l’Allemagne. Il avait obtenu une licence dans l’hôtellerie en Tunisie mais il avait du mal à trouver un travail dans son pays. En Allemagne, pensait-il, ce serait plus simple. Comme beaucoup de ses collègues et amis, il espérait trouver de meilleures perspectives professionnelles en Europe de l’Ouest.

Il se rendit au Centre tuniso-allemand d’information pour l’emploi, la migration et la réintégration de Tunis initialement pour se renseigner sur ses chances sur le marché allemand du travail. Là, il apprit qu’il aurait aussi de bonnes chances de trouver du travail en Tunisie. « Serais-tu prêt à te reconvertir ? », lui demandèrent ses conseillers. Ils lui expliquèrent qu’on cherchait des responsables de médias sociaux en Tunisie et qu’il pourrait être formé à ce métier au Centre d’Orientation et de Reconversion Professionnelle (CORP). Le CORP est une initiative de la Chambre Tuniso-Allemande de l’Industrie et du Commerce également soutenue par la GIZ.

Comme d’autres pays d’Afrique du Nord, la Tunisie est face à un grand défi : de nombreux jeunes ont une bonne formation mais pas d’emploi. Ce n’est pas toujours dû au manque de postes. Parfois, la seule chose qui fait défaut est l’information sur les branches qui cherchent actuellement du personnel qualifié. Il a fallu que Sassi se rende au Centre tuniso-allemand d’information pour entendre parler de la demande d’experts en médias sociaux.

Il a accepté l’offre de reconversion. Après un cours au CORP, il a trouvé un travail à l’agence événementielle Rouhaniet, où il dirige désormais les différents canaux des médias sociaux. Aujourd’hui, il est heureux d’être resté dans son pays.

Le Centre d’information de Tunisie est l’un des huit centres de conseil créés pour le compte du ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement en coopération avec la GIZ et les administrations locales pour l’emploi. D’autres centres se trouvent pour l’instant en Albanie, au Kosovo, en Serbie, au Maroc, au Ghana, au Sénégal et en Iraq. En Afghanistan, une structure de conseil vient d’être mise sur pied par l’intermédiaire de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Un centre ouvrira bientôt au Nigéria et deux autres sont prévus en Égypte et au Pakistan.

Dans des entretiens individuels, les conseillers discutent des besoins concrets de chacun afin de proposer un accompagnement personnalisé et ciblé : quels types de formation initiale et continue existe-t-il ? Quel métier pourrait correspondre à la personne ? Et aussi : quelles qualifications supplémentaires doivent éventuellement être acquises pour trouver un emploi à l’étranger ?

C’est au DIMAK de Pristina qu’Arian Gashi apprend l’existence d’un projet de formation professionnelle de l’association économique germano-kosovare. ©GIZ

Arian Gashi rêvait par exemple de retourner en Allemagne. Enfant, il avait vécu quelques années avec sa famille près de Stuttgart. À la fin de sa scolarité au Kosovo, il voulait absolument retourner en Allemagne. Au centre de conseil DIMAK de Pristina, il s’est renseigné sur les conditions à remplir pour obtenir un visa de travail et entrer ainsi légalement en Allemagne. Les conseillers lui parlèrent d’un dispositif de formation professionnelle de l’association économique germano-kosovare. Par son intermédiaire, il présenta sa candidature à l’entreprise technologique Wurm et fut accepté comme apprenti en tant qu’électronicien spécialisé dans le bâtiment.

Environ 38 000 entretiens ont d’ores et déjà été menés dans les huit centres de conseil. 10 000 personnes ont en outre participé à des sessions de préparation à la candidature. Les centres ne proposent pas seulement des entretiens individuels mais mettent également en contact demandeurs d’emploi et entreprises lors de salons. Ils ont déjà organisé 34 salons de l’emploi qui ont accueilli plus de 45 400 visiteurs.

L’une des missions importantes des centres est aussi de conseiller les personnes de retour chez elles : on les aide à se réintégrer dans leur pays.

Après une formation en pâtisserie, Euresa Bajrami est aujourd’hui artisane indépendante. ©GIZ

Euresa Bajrami est revenue au Kosovo en 2016. Elle avait vécu un an en Allemagne avec sa famille et suivi des cours de gastronomie et de nutrition dans un centre de formation d’apprentis en Basse-Saxe. À son retour, elle a reçu une aide financière au démarrage d’activité grâce au projet de réintégration URA et s’est renseignée au DIMAK, à Pristina, sur les possibilités professionnelles dans cette branche : « C’est surtout la confection de gâteaux et de tartes qui m’avait plu », explique-t-elle. « Je voulais continuer dans cette voie. » Au DIMAK, on lui conseille de suivre une formation en pâtisserie dans un centre de formation professionnelle reconnu. Son diplôme en poche, elle se lance en indépendante : avec l’aide de sa mère, elle confectionne aujourd’hui des pâtisseries qu’elle vend sur Internet. « Mon rêve est d’ouvrir bientôt ma propre pâtisserie à Pristina », confie-t-elle.

 

Vous trouverez les informations, adresses et numéros de téléphone des centres de conseil près de chez vous sur :

www.build-your-future.net 

Plus d’informations :

https://rumoursaboutgermany.info/fr/facts/ou-minformer-sur-laide-au-retour-volontaire/

https://rumoursaboutgermany.info/fr/rumours/lallemagne-vous-aidera-t-elle-a-rentrer-chez-vous/

https://www.returningfromgermany.de/fr/programmes/ura

Updated: février 21, 2019 Published: août 28, 2018